Accueil‎ > ‎

Eusko Label

Le 11 Novembre 2011, HEMEN a organisé un voyage en Guipuzkoa.

Il a débuté par un chaleureux accueil à La « Fundacion Kalitatea » à  la Torre Muntsaratz de Abadino.
Cette fondation crééé en 1998, financée par le gouvernement autonome gère la marque collective : « Eusko label » qui garantit l’origine et la qualité des produits.
  • Elle atteste la proximité des producteurs et permet de repérer les produits agro-alimentaires produits, transformés, élaborés dans la communauté autonome du Pays-Basque.
  • Elle effectue des contrôles de qualité et de conformité par rapport aux cahiers de charges déposés à tous les stades de la production.
  • Les producteurs doivent présenter un volume minimum de production, accepter les contrôles, produire local et de qualité supérieure à la moyenne.
  • Les produits proposés sont nombreux : miel, poulet, veau, œufs, lait, bonite, thon, pomme de terre, tomate, cidre, pimiento…
  • Un réel travail de fonds a été réalisé puisque cette organisation aujourd’hui reconnue par l’Union Européenne, a su développer cette marque collective aussi bien chez les petits commerçants, que les restaurateurs, les écoles d’hôtellerie, les grossistes et les Grandes et moyennes surfaces..
  • « Eusko label » et son logo sont reconnus en Hegoalde et garantissent origine et qualité.

Devant le succès de cette démarche, on pourrait s’interroger sur la possibilité d’élargir cette démarche en Iparralde.
Les démarches qualité sont, ici, très nombreuses (officielles ou pas), des cahiers de charges stricts existent déjà pour de nombreux produits.
Un véritable savoir faire en termes d’organisation de la production et de la gestion de la qualité est indéniable.
Certaines protections officielles sont longues à obtenir et coûteuses ex : IGP.
Pourquoi ne pas profiter de cet élan positif ayant déjà fait ses preuves, adhérer à l’Eusko label » et par la même occasion lutter contre l’inflation de dénominations existantes ?
Le consommateur est souvent perdu lors de l’acte d’achat.
Un logo reconnu au sud comme au nord pour garantir la proximité de la production et de la transformation, développer les réseaux existants en proposant de nouveaux produits du Nord (ex : la truite du Pays-Basque), agrandir le marché potentiel et compter sur la fibre « consommer local » du consommateur.
Travailler dans le durable, ce pourrait être intéressant au niveau économique, environnemental et social.

Christine Oberling
(enseignante en économie au lycée de l’aquaculture et de l’environnement de Senpere)